Les bébés secoués, un phénomène plus courant que l'on pense



En France on compte environ 200 cas de bébés secoués par an soit 15 à 30 naissances sur 100000 naissances.

Ce chiffre est important et souvent peu abordé, pourtant, il peut avoir des conséquences extrêmement graves et définitives que ce soit tout de suite mais aussi sur le long terme. L’âge moyen du bébé au moment de l'évènement est de 5 mois.



La situation est souvent révélée par des signes très différents : malaises graves avec une perte de connaissance et des convulsions, une somnolence, des vomissements, un changement de comportement, des pleurs incessants, des difficultés à respirer...

Parfois des hématomes, des brûlures, un état nutritionnel pauvre.

Un bébé secoué c'est quoi ?

C'est un bébé qui est secoué brutalement entrainant une projection dans tous les sens de la tête du bébé.

Le cerveau du bébé est mou et fragile. Le fait de le secouer entraine des saignements et des lésions.

Par qui ?

Dans 50% des cas ils sont secoués par le papa, mais il peut s’agir des mamans, de la baby-sitter...

Comment en arrive-t-on à secouer un bébé ?

Il est rare qu'il y ait une envie de faire mal ou de nuire au bébé. Il s'agit souvent du résultat d'un excès, d'un trop plein d'émotions....

La principale cause est : les pleurs persistants du bébé.Ces derniers étant majorés par la fatigue, le manque de soutien, les conflits familiaux, l’isolement et la méconnaissance..

Alors comment éviter d’en arriver là ?

Tout le monde peut se sentir à bout face aux pleurs des bébés.

Il est important de savoir que les pleurs pour le bébé sont normaux. Ils sont un moyen physiologique de libération du stress accumulé. Un bébé en bonne santé peut pleurer deux, trois heures par jour pour diverses raisons : faim, fatigue, une couche sale, une position inconfortable, un besoin de réassurance….

Quand un bébé pleure beaucoup et que l'on sent que ça devient insupportable pour nous. Il est important d’en prendre conscience :

  • De garder son calme

  • De passer le relai si c’est possible

  • Si ce n’est pas possible : le mieux est de coucher son bébé dans son lit sur le dos en toute sécurité et de sortir de la chambre quelques minutes.

  • Faire une activité qui peut permettre de se calmer : musique, passer un coup de téléphone, relaxation, pleurer….

  • Demander de l’aide à des professionnels, à la famille, à des amis, à la nourrice. Tout le monde a le droit d'être à bout et de passer le relai. On ne doit pas être trop sévère avec soi-même

Quoi qu’il arrive, il ne faut pas secouer un bébé. Même si vous êtes très irrité, NE SECOUEZ JAMAIS VOTRE ENFANT.

Enfin, si vous sentez que vous êtes débordés, appelez le 119 : des professionnels sont là pour vous écouter et vous aider.


Mais surtout avant d’en arriver là, il est intéressant d'en savoir plus sur les pleurs de votre bébé .

Je vous propose des ateliers collectifs pour comprendre les pleurs mais aussi des consultations individuelles à domicile, au cabinet ou en visioconférence .


Pour suivre l'actualité des ateliers:

www.lospitchounes.com

https://www.facebook.com/lospitchounes/

.

#pleursbébésNantes #puericultrice #Nantes #LosPitchounes #AnneCorre

5 vues

los-pitchounes

anne.brouard@free.fr

© 2019  - Anne CORRE

Tél : 06 76 38 28 34 - Nantes Sud

  • Facebook